Lundi 16 juillet 2012

 

Gail Malone, militante de « Support Assange and WikiLeaks Coalition », a donné ce discours au rassemblement du 16 juillet à Sydney, en Australie.

WikiLeaks est un don à l’histoire. Nous avons maintenant, et pour la première fois, la possibilité d’écrire l’histoire, avec un autre regard, différent de celui des vainqueurs. WikiLeaks est devenu un pont mettant à égalité le peuple et le gouvernement. Ils ont marqué le début d’une ère, où nous, le peuple, nous avons désormais accès à l’information qui était connue de leurs yeux seulement.

 

Pendant des années, l’Australie a participé, sans donner de justification, à des guerres brutales, non-nécessaires, en invoquant la démocratie et la liberté, comme si les gouvernements successifs étaient incapables de dire non aux Etats-Unis. Grâce au travail courageux de WikiLeaks, nous avons une ressource intarissable qui nous permet de mettre en perspective ces guerres et de nous informer des décisions, une ressource qui nous permet de décider si, nous, le peuple australien, nous estimons que cet engagement est intelligent et s’il est dans notre intérêt national. Les fuites sur les guerres d’Afghanistan et d’Irak ont toutes deux témoigné d’une histoire bien différente de celle que notre gouvernement et les médias dominants avaient bien voulu nous faire croire. Il devient évident que l’idée de l’intérêt national vue par le gouvernement est en conflit avec notre propre vision des choses. Nous avons appris ainsi que la terrible situation que traversent des personnes cherchant l’asile convient à certains membres du parlement. Les câbles des ambassades des Etats-Unis révélés par WikiLeaks ont découvert l’agenda véritable qui se cache derrière la rhétorique du « arrêtez les bateaux ».

Nous savons qu’un cartel de 5 pays, l’Australie, les Etats-Unis, le Canada, l’Afrique du Sud et la Suisse, ont joint leurs forces pour promouvoir des intérêts miniers au détriment des populations indigènes et de leurs terres.

 

Nous avons appris de la fuite des emails de Stratfor que notre gouvernement est juste un peu trop copain avec les Etats-Unis et nous savons quels ministres correspondaient avec les Etats-Unis d’une manière que certains verraient comme de la trahison et/ou de l’espionnage. Nous avons appris que les « hommes – jadis – sans visage » du Labor Party ont senti que Julia Gillard serait plus pragmatique comme 1er Ministre que Rudd. Nous avons appris que notre gouvernement a été heureux de livrer Julian Assange aux Etats-Unis, sans prendre en compte son innocence ou sa citoyenneté australienne. Nous avons appris, et cela ne peut être contesté, que notre gouvernement est admiratif à l’extrême à l’égard des Etats-Unis et que nous sommes bien plus qu’un Etat-client, avec un gouvernement manquant à ce point de maturité qu’il est incapable de penser pour lui-même, en dépit de ce que veulent les Australiens.

 

Nous n’avons que récemment à prendre connaissance des « Syria Files », les dernières fuites de Wikileaks. Ces révélations nous permettent non seulement de voir les machinations du big business et des gouvernements à l’égard de la Syrie, mais il s’agit, comme pour les fuites précédentes, d’une ressource remarquable qui permet d’apprendre et de se former. Ces choses, c’est le don que WikiLeaks fait à l’histoire.

 

Nous nous trouvons, ici aujourd’hui, dans l’œil du cyclone de l’histoire. L’Australie devrait être fière de WikiLeaks et de son rédacteur en chef, Julian Assange, qui est en lutte non seulement pour la liberté d’expression, mais pour la liberté en général. Nous avons besoin d’apporter notre soutien à WikiLeaks et à Julian Assange.

 

Notre gouvernement a essayé de nous ignorer. Nous avons écrit, appelé, envoyé des emails à nos députés et à nos sénateurs, en devant souvent les informer des irrégularités de l’affaire. Nous avons utilisé des moyens tels que la plateforme justice4assange.com pour faire connaître les faits. Notre nombre augmente, il nous dicte combien de temps vont-ils encore nous ignorer ; nous devons continuer à parler aux autres et à les informer, occuper les rues comme nous le faisons aujourd’hui, ad nauseam.

 

Vous pouvez vous inscrire à la liste de diffusion « Support Assange and WikiLeaks Coalition » pour être tenu au courant des actions, tout ce que vous devez savoir se trouve sur les flyers qui sont en train de circuler. Notre gouvernement doit savoir que nous ne voulons pas perdre un citoyen aussi important pour le simple caprice de leur carrière. Vous pouvez aider en achetant le CD WikiLeaks ou faire un don sur le site « wikileaksbeattheblockade ». Il y a aussi une sélection de produits de qualité sur wikileaks.org, vous pouvez aussi jeter quelques pièces dans les pots aujourd’hui, ou acheter un badge.

 

C’est une activité qui revient très cher, de lutter contre de fausses accusations et contre un embargo financier injuste, et de s’occuper en même temps de la source du média le plus prolifique que le monde ait jamais connu. Même s’il y a eu une victoire en Islande vis-à-vis de Visa, ils ont déposé un appel. Gardez Julian Assange et WikiLeaks dans vos cœurs ; aidez-les, aidez-nous à laisser le monde libre pour les générations futures.

 

Le mois dernier, le sénateur Ludlam a plaidé pour le retrait des affirmations nuisibles faites par les membres seniors du gouvernement, avec le soutien de la Coalition. J’ai demandé au Senateur Ludlam sur twitter « est-ce qu’il y a un laps de temps possible pour Gillard et consorts, afin qu’ils se rétractent des affirmations nuisibles à l’égard de Julian Assange et de WikiLeaks ? » Il a répondu : « Bien, je pense que leur limite de temps est jamais ». Ainsi, votre devoir est de commencer à écrire, de dire au Premier ministre, au ministre de la Justice, comme Robert McClelland et Nicola Roxon ont été impliqués, et au ministre des Affaires Etrangères, d’honorer cette motion et de demander qu’ils protègent Julian Assange.

 

L’histoire s’écrit de la main des vainqueurs, c’est pourquoi nous ne pouvons pas nous permettre de perdre cette bataille. Que la liberté soit victorieuse.
https://wikileaksactu.wordpress.com/2012/07/25/pourquoi-wikileaks-est-un-don-a-lhistoire/

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: